Conférence. La trame turquoise : de sa définition au plan d’actions dans le bassin versant de la rivière d’Ain aval

Quand la modélisation informatique aide à mieux anticiper
Publié le vendredi 6 décembre 2019 par Régis KRIEG-JACQUIER

C’est une assistance clairsemée qui a suivi la conférence d’Alexandre LAFLEUR (Syndicat de la Rivière d’Ain Aval et de ses Affluents - SR3A) vendredi 29 novembre 2019.

JPEG - 233.2 ko
Alexandrfe LAFLEUR présente et représente le SR3A

Alexandre nous a tout d’abord présenté le SR3A et les différents partenaires (dont le GRPL Sympetrum pour les libellules), sa structure, son rôle, puis la fameuse trame turquoise avant d’expliquer comment une simulation informatique va permettre d’envisager les déplacements des espèces sur une cinquantaine d’années. La conférence bine illustrée, assez technique, certes, mais très claire s’est terminée par une discussion à bâtons rompus.

JPEG - 169.4 ko
Qu’est-ce que la trame turquoise ?

La trame turquoise est l’espace où les trame verte et bleue interagissent – par exemple la végétation qui borde les milieux aquatiques. Au sein de ces paysages, une biodiversité exceptionnelle existe. Pour mieux connaitre et de mieux conserver ces espaces et ces espèces, il faut les connaitre, connaitre leur fonctionnement, leur dynamique et envisager leur évolution. Pour cela, 8 espèces ont été choisies parce qu’elles sont bien connues et caractéristiques de milieux bien particuliers.

JPEG - 181.3 ko
La trame turquoise

C’est ensuite qu’intervient le bureau d’études TerrOiko qui va mettre en place le logiciel SimOiko SimOiko fait partie de la famille des modèles des dynamiques de métapopulations individu centre et spatialement explicite (Moulherat, 2014) : • Individu centré car le cycle de vie de chacun des individus d’une population est modélisé dans son intégralité ce qui permet de prendre en compte la variabilité qu’il peut exister entre deux individus (stochasticité demographique, variabilité inter-individuelle,…). • Spatialement explicite car il permet de simuler le comportement des individus lors de leurs déplacements entre leurs habitats de vie. Des lors, chaque individu se déplace au sein du paysage numérisé en fonction de ses affinités avec les différents milieux naturels rencontres. Ces préférences sont exprimées sous la forme de coefficients de perméabilité (appelés également parfois friction ou rugosité). Un paramétrage spécifique est proposé par TerrOiko a travers les fiches espèces.

Après, il suffira de faire tourner le logiciel quelques mois suivant les espèces et on pourra observer les déplacements des différentes espèces et leur réussite en terme de maintien et de développement des populations.

JPEG - 152.5 ko
Une étude de cas Simoïko, les bas-monts gessiens (01)

Pour en savoir plus sur la simulation Simoiko/ Et l’exemple de la continuité écologique des bas-monts gessiens

Pour les libellules, c’est l’Agrion de Mercure, une petite demoiselle protégée bien connue à la SNAA qui sera simulé pour représenter le taxon.

JPEG - 145.2 ko
L’Agrion de Mercure
JPEG - 230.7 ko
Un ruisseau favorable à l’Agrion de Mercure

Vu sa petite taille, sa répartition limitée aux petits cours d’eau purs bien ensoleillés avec une riche végétation et ses capacités de dispersion très faibles l’espèce virtuelle sera en quelque sorte le taxon le plus fragile parmi les odonates du bassin versant. Dès lors, si dans les 50 ans simulés, l’espèce se maintient et se développe, il y a fort à parier que les autres taxons d’odonates se porteront également bien, et nous aurons une bonne vision des difficultés qui s’opposeront à son déplacement. C’est ainsi que les routes, voies ferrées, zones urbanisées, forêts, champs de monoculture seront autant d’obstacles qui influeront sur la dynamique des populations en prenant en compte les évolutions du paysage (fermeture des milieux par exemple).

Les heureux élus, les 8 fav’

Voici donc les 8 espèces qui vont bouger sur les cartes virtuelles pour faire progresser la connaissance et préserver notre environnement !

  • 1 murin de Daubenton (Chiroptère)
  • 2 castor (Mammifère aquatique)
  • 3 Damier de la Succise (Papillon de jour)
  • 4 Triton alpestre (Amphibien)
  • 5 Crapaud commun (Amphibien)
  • 6 Rhycophila pubescens (Trichoptère inféodé aux cascades de tuf)
  • 7 Criquet ensanglanté (Orthoptère)
  • 8 Agrion de Mercure (Libellule)

Merci à Alexandre et au SR3A pour avoir partagé ces connaissances, et soyez présents et nombreux au second semestre 2020, quand le SR3A viendra nous donner les résultats et partager les déplacements de nos chères bébêtes !


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 106419

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Conférence multidisciplinaire   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License